La Nature, ça assure !

Nous sommes aujourd’hui à Mashhad, la 2eme plus grande ville d’Iran avec ses 3 million d’habitants. En banlieue de cette ville bourdonnante d’activité se trouve une école toute particulière, où les cris des enfants se mêlent aux bêlements des moutons et aux aboiements des chiens, où les pots de peinture se mélangent aux flaques de boue et où le feuillage des arbres cache des cabanes suspendues. Bienvenue au cœur de la Kavikonj Nature School ou « l’école de la nature », la première du genre dans le pays !

A l’heure actuelle, plus de 75% des Iraniens vivent dans les zones urbaines. Comme partout ailleurs, les générations nouvelles naissent et grandissent avec internet, jeux vidéos, ordinateurs, tablettes et smartphones. Dès le plus jeune âge, on « twitte », on « facebooke », on « instagrame » ou encore on « telegrame ». De nos jours, l’utilisation frénétique des réseaux sociaux et l’utilisation des plus modernes technologies font oublier aux enfants le gout de la découverte, le respect de la nature et de l’environnement.

Ecologue iranien, Hossein Vahabzadeh (TEDx en farsi) est le fondateur de la Kavikonj Nature School. Cette école est pour lui un moyen de reconnecter les enfants avec le monde naturel. « Un nombre croissant d’études montrent que le contact avec la nature a beaucoup d’influence sur le développement. Les enfants qui jouent souvent en plein air ont une meilleure capacité de concentration, de meilleures fonctions cognitives et une meilleure créativité » nous explique-t-il. Ici la curiosité est reine, d’ailleurs le nom de l’école parle de lui-même, intervertissez les syllabes du mot « Kavikonj » et cela devient « Konjkavi », ce qui signifie « curiosité » en Perse.

Dans cette école, les enfants sont libres d’interagir librement avec la nature et leur environnement, c’est à dire l’eau, le sol, la pierre, la chaleur et le froid, les plantes, les insectes et les animaux. « Ici, ils ont l’opportunité de vivre des expériences qu’au fond d’eux ils appréhendent peut-être. Lorsqu’ils arrivent ici, certains de nos élèves n’ont encore jamais interagit avec un chien, même à l’âge de 8 ans ! Nous les laissons décider de leurs activités sur la base de leur propre motivation.» Certains préfèrent courser les brebis alors que d’autres préfèrent le calme du potager et faire pousser des légumes. « L’important est qu’ils apprennent par eux-mêmes via l’observation et l’expérience !»

Hanieh est facilitatrice à l’école de la nature. Son rôle est d’observer les enfants afin qu’aucun ne se blesse ou ne blesse autrui. Elle donne parfois des indications aux enfants pour exécuter une tache mais seulement s’ils le lui demandent. En aucun cas, elle ne doit interférer avec les activités des enfants.« Lorsqu’ils arrivent à l’école, les enfants sont souvent très effrayés par les animaux. Cela se comprend ! En ville, ils n’ont pas l’habitude d’en voir et encore moins d’en approcher. Ici, ils apprennent à diriger les moutons vers leur enclos, a nourrir les lapins, etc. Ils comprennent enfin d’où viennent le lait et les œufs ! » nous raconte Hanieh. Certains animaux ont mauvaise réputation en Iran. Par exemple, les superstitions racontent que les chiens transmettent des maladies via la salive et qu’il ne faut donc pas être en contact avec eux. Les chiens sont donc la plupart du temps rejetés par la société et condamnés par la religion.« Ici, c’est différent. Nous voulons faire comprendre aux enfants que les chiens sont de formidables animaux de compagnie. Les enfants apprennent d’eux-mêmes à les approcher, à les caresser. C’est un superbe moment lorsqu’après des jours d’apprivoisement, on les voit enfin jouer ensemble sans aucune frayeur ! »

L’école de la nature est vue comme une méthode d’éducation complémentaire en Iran. Les parents y inscrivent leurs enfants comme dans un centre d’éducation pré- ou péri-scolaire. Aujourd’hui, le concept d’école de la nature est un immense succès en Iran. On y trouve aujourd’hui près de 20 écoles et leur nombre ne cesse d’augmenter !

Alors si vous aussi vous avez soif de découvertes et d’expériences nouvelles, soyez un peu Kavikonj et prenez le grand air !!

image4

En Iran, les chiens ont mauvaise réputation.

image5

Entretien avec Hossein Vahabzadeh, le fondateur de la première Nature School en Iran.

image2

Ici, les enfants peuvent manipuler toute sorte d’animaux.

image3

Pour Kavikonj, hip, hip, hip… HOURRA !!!

Advertisements

2 thoughts on “La Nature, ça assure !

  1. intéressant comme approche ! et alors c’est typiquement iranien comme concept ?
    et sinon vous touchez au but !? combien de km vous reste-t-il à parcourir ? j’ai hate de voir des photos de teheran et d’avoir vos impressions sur l’iran en general !!
    gros bisous et bon courage pour la fin de l’effort, mais aussi la fin de l’aventure qui risque de vous faire tout drole…

    Like

  2. Merci beaucoup pour tous ces moments de voyage que vous nous faites vivre. On est presque déçu que ce soit bientôt la fin. Vous voulez pas continuer un peu, la France n’est plus loin ?
    Nous sommes impressionnés par la qualité des articles et vidéos et bien sûr par votre moral et vos muscles en acier trempé. Certains moments des vidéos nous ont fait bien rire.
    A bientôt et bon courage pour les derniers kms !
    Bisous,
    Ed & Marie

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s